top of page

#111 - Quand notre maison brûle - CLAIRE KOWALEWSKI

Comprendre les feux de forêts, ce qui nous attend, et comment les pompiers s'organisent en Europe.



Les événements du monde ne nous touchent jamais vraiment lorsqu’ils sont loin de nous, lorsque que notre corps ou le corps de notre proches n’est pas lui même touché. Et à force de voir des images de drames sur nos écrans, nous sommes bien souvent comme anesthésiés, tout ceci devient presque banal.j’ai en tête cette image d’un golfeur finissant tranquillement son put alors que derrière lui une foret est en train d’être ravagée par les flammes. Je l’utilise souvent dans mes conférences pour illustrer combien il nous en faut pour que nous nous sentions concernés par ce qui se joue autour de nous.


Depuis quelques années maintenant, notre maison brûle et nous regardons ailleurs. Cette phrase prononcée par Chirac en 2002 au sommet de Johannesburg prend tout son sens alors que l’odeur de brûlé se fait de plus en plus forte. Chaque année dans le monde se sont des millions d’hectare qui partent en fumée et comme nous l’avons bien compris l’an dernier, la France ne fait pas exception. Je me suis dit que puisque les feux allaient désormais faire partie de notre vie puisque la tendance est clairement établie, ce serait une bonne idée d’en savoir en peu plus sur le sujet.


Ceci est une conversation avec Claire Kowalewski colonel de sapeur pompier qui travaille au niveau européen à la direction générale de la protection civile et des opérations d’aide humanitaire. On jette ensemble un oeil à ce qui se passe sur le terrain pour prévenir et lutter contre les incendies.


ITW enregistrée le 25 mai 2023


De quoi parle-t-on ?

0:00 Introduction

01:30 Qui est Claire Kowalewski ?

03:20 Comment on devient pompier ?

06:10 Les conséquences des incendies de l’an dernier ?

18:10 Concrètement le feu c’est quoi ?

34:50 Quelles sont les décisions fortes qu'il faudrait prendre pour limiter les incendies ?

37:50 Quelle est sa plus grande fierté personnelle en tant que pompier ?

39:00 Un conseil pour s’investir sur le sujet des incendies

41:40 La solidarité européenne face aux incendies est primordiale


Transcript de l'interview



- Bonjour, Claire. Est-ce que vous pouvez commencer par vous présenter brièvement et, raconter ce que vous faites dans la vie et la manière dont vous aimez à regarder le monde, via ce prisme ?

- D'accord. Alors écoutez, je suis colonel de sapeurs-pompiers.Depuis presque 30 ans maintenant, j'ai donc évolué toute ma carrière au sein de différents échelons, différents organismes, que ce soit avec différents statuts, que ce soit sapeur-pompier volontaire, quand j'étais toute jeune, puis au niveau d'un département, au niveau d'une zone de défense, une zone de défense et de sécurité qui est l'organisation administrative en France qui s'occupe sécurité civile, sécurité intérieure et sécurité économique, c'est un échelon suprarégional. Mais également au niveau national et actuellement au niveau international européen. Je suis actuellement en poste, je suis détachée à la Commission européenne, à la Direction générale de la protection civile et des opérations d'aide humanitaire à Bruxelles. Dans ce cadre, j'apporte mon expertise, mon expérience en matière notamment de connaissance du feu de forêt, de lutte contre les feux de forêt, de par mon parcours professionnel, donc du coup je travaille à la préparation de la saison des feux de forêt au niveau européen, en essayant d'élaborer des procédures d'exploitation, de normaliser un peu nos méthodes de travail avec l'ensemble des pays états membres de l'Union Européenne, travailler au développement également d'une flotte européenne de lutte aérienne contre les feux de forêt sur différents programmes et essayer de trouver des projets novateurs qui pourraient viser à accroître le niveau de préparation au sein de l'Union Européenne.


- C'est un sujet qui devrait tous nous intéresser, c'est pour ça que j'en parle, parce qu'on va aller aussi dans le concret. C'est intéressant pour moi de ne pas rester sur un niveau très théorique, même si je passe beaucoup de temps à poser le diagnostic, parce qu'il y a de plus en plus de feu et on va en parler, puisque ça a des conséquences évidemment énormes sur tout un tas de choses. Mais j'aurais une première question question qui suit ça, donc une deuxième question qui est comment est-ce qu'on en vient à décider de faire ce type de métier ? Comment on devient un pompier ? Comment devient-on sapeur-pompier ?


- Pour ça, il y a différentes vocations, différentes origines. Il y a même eu des études sociologiques sur ce sujet, savoir comment on devient sapeur-pompier, comment vient l'idée de s'être sapeur-pompier. Il peut y avoir tout simplement cette vocation de secourir, de protéger, de contribuer à la sécurité de sa communauté, c'est-à-dire souvent le pompier, le sapeur-pompier volontaire, qui est la majorité des effectifs de la sécurité civile en France, qui connaît son village, qui est ancré sur son territoire et qui, justement, cherche à apporter son aide localement à son territoire. Il y a des personnes qui viennent avec un sens du devoir important dans cette profession, qui se sentent dans le devoir de donner un peu de leur temps à la communauté. D'autres arriveront dans cette profession également pour un dépassement de soi, pour un challenge, pour un esprit d'équipe, pour une montée d'adrénaline, parce qu'évidemment, c'est un métier aussi passion dans lequel l'inattendu est toujours possible. Mais malgré tout, il y a aussi quelques valeurs qui sont assez fortes dans la profession de sapeur-pompier, qui sont aussi un terrain d'attraction pour la population. C'est l'esprit d'équipe, la solidarité du groupe. Et puis, également, il y a une forte tradition familiale. Souvent, on est de sapeurs-pompiers, de pères en fils ou de pères en filles ou quoi que ce soit. Et je crois qu'il y a aussi une forte culture nationale. Alors là, je travaille à l'Union européenne, donc j'ai une vision un peu plus globale. Par exemple, je prendrai le cas de l'Autriche. En France, nous avons, sur les sapeurs-pompiers volontaires, environ 200 000 sapeurs-pompiers volontaires. L'Autriche, qui est un pays de 9 millions d'habitants, donc bien plus petit que la France, à 250 000 sapeurs-pompiers volontaires engagés et prêts à rendre service. Donc là c'est, je pense, plutôt une vraie culture nationale en fait. Donc voilà, pourquoi devient-on des sapeurs-pompiers ? Il n'y a pas de réponse précise, mais une multitude de raison.


- En tout cas métier d'avenir a priori.


- Malheureusement oui.


- On a eu de très gros incendies dernièrement en France et puis en Europe plus largement, notamment l'année dernière et on va parler aussi des risques pour cette année et les années à venir. Mais est-ce qu'on peut faire le bilan de ce qui s'est passé l'an dernier, donc en 2022. Pour qu'on se rende compte déjà de la taille ? On en a pas mal parlé mais c'est difficile d'appréhender si c'est quelque chose de vraiment nouveau et puis ce que ça représente. Et aussi aborder les apprentissages. Qu'est-ce qu'on en a retiré depuis, notamment en termes de gestion des risques ?


- Alors 2022, en termes de saison feu de forêt, que ce soit en France ou plus largement en Europe en effet, a été une année de record pour un certain nombre de pays de l'Union européenne. Nous tenons des statistiques régulières faites et fournies par des données satellitaires sur un site disponible au grand public qui s'appelle EFFIS, pour ceux qui sont intéressés. Donc un site internet où les gens peuvent justement suivre l'évolution des surfaces brûlées, du nombre de feux au cours de l'année dans les différents pays. Et très clairement, cette année 2022 a été une année record. Plus de 20 pays de l'Union européenne ont brûlé plus de la moyenne des dix dernières années sur cette année 2022. On est, en termes de statistiques, par rapport aux douze dernières années, je crois, on est sur la deuxième année record en termes de surface brûlée, ce qui est énorme. En fait, on arrive à 840 000 hectares de surface brûlée. Alors pour vous donner un exemple, en général on a l'habitude, quand on est sur le terrain pour essayer d'évaluer une surface de feu brûlée, c'est jamais évident, de dire qu'un hectare c'est deux terrains de football. Donc vous imaginez, on est à plus de 1 600 000 terrains de football football brûlés en termes de surface.

Donc, durant cette année 2022, en fait, par onze fois, ce qui est aussi un nombre très important, par onze fois, des pays européens ont demandé de l'assistance, de l'aide internationale, au sein d'un système qu'on appelle le Mécanisme européen de protection civile. Donc, il y a un mécanisme de solidarité organisée, j'ai envie de dire, qui existe depuis 2001, qui est un système d'entraide qui est géré depuis Bruxelles, depuis la Commission européenne. Et donc l'année dernière par 11 fois des pays, la France d'ailleurs, par deux fois a demandée de l'assistance et de l'aide internationale. Et dans ce cadre-là, nous avons pu justement déployer depuis le centre de coordination de crise, depuis Bruxelles, nous avons pu déployer 33 avions pour venir en renfort d'un pays à l'autre, pour organiser cette solidarité. Huit hélicoptères, 400 sapeurs-pompiers sont venus en France. Ils étaient en Gironde l'année dernière de différents pays, sans véhicules. Donc, vous voyez, il y a eu quand même une activité assez importante. Et ce qui a été assez nouveau pour cette année 2022, on s'y attendait tous, mais après, on attend toujours le moment nécessaire, enfin le moment où ça va arriver. Très clairement, c'est de dire, certains pays qui n'avaient jamais activé ce de protection civile l'ont fait pour la première fois de leur existence, c'est-à-dire la République tchèque a demandé de l'assistance pour lutter contre des feux de forêt, l'Allemagne a demandé de l'assistance pour lutter contre les feux de forêt, et c'était la première fois pour ce type de pays, car ils sont complètement un peu nouveaux dans ce type de problématiques. Donc, on voit bien le premier apprentissage, on voit bien que chaque pays a de plus en plus de difficultés, avec même même des moyens calibrés pour le risque courant.

La France est très bien équipée en termes de réponses, mais elle a eu besoin à deux reprises de demander le soutien de ses voisins, ce qui est une chose tout à fait normale et classique là-dessus. Depuis que ce mécanisme de protection civile existe, il n'est pas d'ailleurs lié qu'au feu de forêt, il est multirisque, il a été activé plus de 650 fois. Pour vous dire que c'est une solidarité qui est normale, qui est construite et qui porte ses fruits, qui fonctionne bien.


Et on a réussi à gérer de front ce qui se passait dans différents pays en même temps ? Parce qu'il y avait notamment, en Espagne, où ça a énormément brûlé je crois, beaucoup plus que chez nous.


- Exactement, oui.


- Donc, comment on fait ça, quand ça arrive en même temps ?


- Alors déjà, il y a un gros travail préparatoire qui se passe, qui, depuis des années, on travaille, nous faisons des exercices ensemble, nous déterminons des procédures pour travailler ensemble, on fait de la formation, des séminaires de travail pour voir comment améliorer ce genre de choses. Donc ça, c'est tout un travail préparatoire qui est fait.

En amont de saison Feu de forêt, nous avons organisé ça il y a encore une semaine, nous faisons une réunion annuelle préparatoire où chacun, de façon assez transparente, peut annoncer ses faiblesses, ses points forts pour l'été prochain, son dispositif.

Comme ça, tout le monde a une image partagée de la réponse possible au niveau européen pour cette entraide. Et ensuite, on passe à la phase opérationnelle Feu de forêt. On a au sein du centre de crise, le centre de coordination de la réponse d'urgence. Alors l'ERCC, c'est l'acronyme en anglais, Emergency Response Coordination Center. Nous avons une séance, une cellule de suivi, d'analyse de la situation feux de forêt, dédiée, avec des experts des États membres qui viennent, avec un appui scientifique. Là, c'est la première année qu'on va le faire. On va rajouter un appui scientifique qui va justement venir pouvoir apporter son expertise sur ce genre de choses.

Et puis surtout, nous avons, une réunion, qui permet d'analyser avec des points d'étape réguliers toutes les semaines, s'il ne se passe rien, même si l'activité est calme, on fait un petit point, une petite réunion avec tous les Etats membres et on voit un petit peu comment ça se passe. Du coup, quand il y a une demande d'assistance, en fait, qui est faite, un pays va demander de l'aide. Les pays voisins ou un peu plus éloignés vont proposer leur aide en fonction du niveau de risque qu'ils ont. Ils peuvent proposer des sapeurs pompiers en fonction de ce qui est demandé, des avions, des hélicoptères, des ressources nécessaires.

Et du coup, tout est coordonné au niveau de Bruxelles pour pouvoir essayer de déployer, pour pouvoir déployer tous ces moyens ensemble et de façon organisée.


- Alors cette année, on a eu une grosse sécheresse cet hiver. En France, il s'est mis à pleuvoir, donc je crois que ça a dû un petit peu régler certaines choses, mais malheureusement ce n'est pa le cas partout. Quels sont les plus gros risques anticipés en Europe et en France ? Et est-ce que ça a changé par rapport à ce qui s'est passé justement l'année dernière ?


- Alors, chaque saison est différente. Malgré tout, on voit bien que sur toutes les courbes, toutes les tendances, on a de plus en plus de feu, de plus en plus de surface, de départ de feu. Alors, c'est vrai que là, il y avait une grosse sécheresse, déficit en eau sur le sud et l'ouest de l'Europe, principalement focalisé sur l'Espagne, qui est encore avec des déficits hydriques très importants, le sud de la France. Mais en effet, comme vous le dites, il pleut.

Nous avions aussi le nord de l'Italie, mais qui là, malheureusement, a subi des inondations, alors malheureusement et heureusement pour la partie feu de forêt a reçu beaucoup d'eau mais a eu des inondations meurtrières ce qui est toujours catastrophique. Donc ça c'est un facteur de risque qui nous inquiète, voilà on verra bien en temps voulu quand les températures vont commencer vraiment à monter. On a des facteurs aussi qui ne vont pas nous aider, On a eu très peu de neige sur tous les massifs alpins.

Donc, ce qui fait que les cours d'eau aussi vont être un peu moins remplis d'eau dû à la fonte des neiges, c'est une aussi grosse sorte hydrique, cette fonte des neiges.


- Oui, on va parler de la gestion de l'eau.


- Voilà, donc ça, c'est une vraie difficulté. Et si on regarde en fait les prévisions à plus ou moins long terme, qui sont toujours des prévisions, c'est toujours difficile d'annoncer concrètement ce qui va se passer, mais les tendances plutôt, les météorologistes annoncent quand même, été un petit peu plus chaud que d'habitude, donc évidemment ce qui est une source d'inquiétude.


- Alors on sait que les risques d'incendie augmentent avec le réchauffement climatique, qu'est-ce qui est anticipé sur le moyen et le long terme, de votre côté et puis par les politiques, sur la coordination, sur les moyens, puisqu'on sait qu'a priori ça va faire de plus en plus chaud, est-ce qu'il y a des choses qui changent, est-ce qu'il y a des projets qui sont développés, qui vont aboutir à certaines échéances et est-ce que c'est suffisant ?


- Alors, en effet, le changement climatique est vraiment une réalité, donc tout le monde se prépare évidemment. Évidemment, il faut se préparer à moyen et à long terme. La première chose déjà à reconnaître, c'est qu'il n'y a plus de frontières sur le risque feu de forêt. On n'a plus l'Europe du Sud qui est identifiée comme pays à risque feu de forêt, et un petit peu moins l'Europe du Nord. Tous les pays, on voit bien que la tendance est nette, même si les comportements de feu ne sont pas équivalents. On voit bien que tous les pays vont être de plus en plus affectés par rapport à ce phénomène. Du coup, il y a un travail préparatoire qui a été fait, qui a été demandé, et encore récemment, en février dernier, il y a des recommandations européennes qui sont sorties, qui ont été émises, pour faire en matière de résilience face aux catastrophes des populations et des États ?

Donc là, on est vraiment sur, avec différents items, on est vraiment sur un domaine de politique publique à prendre en compte. Donc on est sur de l'anticipation, c'est-à-dire des outils d'analyse de détection précoce, on va être sur de l'amélioration de l'évaluation du risque, de l'anticipation des risques, mais également travailler sur des scénarios dimensionnants, qui permettrait de se projeter sur des catastrophes majeures, et justement faire apparaître les faiblesses et pouvoir les compléter. On est également sur…


- J'imagine qu'il y a pas mal de partage de connaissances aussi entre le Sud et le Nord, pour qui c'est nouveau.


- Exactement, il y a aussi beaucoup de choses à faire sur ce partage de connaissances, et en effet là c'est un point sur lequel nous travaillons beaucoup. Par exemple, pour vous donner un exemple de ce qui va être fait cette année, on va faire du prépositionnement de sapeurs-pompiers dans des pays à risque feu de forêt, qui sont le Portugal, la France et la Grèce. Donc, via un programme européen, on a 11 pays de l'Union européenne qui vont aller dans ces trois pays pour justement leur apporter leur assistance. Alors, ce sont plutôt des pays de l'Europe du Nord, de Finlande, de Pologne, d'Allemagne, mais également un peu de l'Europe de l'Est. On a la Roumanie, la Bulgarie qui sont investies, la Slovénie. Donc, vous voyez, ce sont Ce sont des pays qui viennent aussi pour apprendre et s'acculturer à ce risque. Ce qui me semble aussi très important dans la prévision du montée des risques qui devraient affecter de plus en plus ces pays.

Donc on est vraiment sur l'échange, l'échange de techniques, l'échange d'informations, les apprentissages sur le matériel, On est vraiment sur cette thématique. Donc, ce qui fait partie aussi en effet des recommandations.


- Comment ça communique concrètement d'ailleurs ? Vous avez des outils informatiques communs ? C'est dans quelle langue ? Entre portugais, espagnol et finlandais ? Je me dis que ça ne doit pas être simple.

- Alors, ça se travaille en effet. C'est pour ça qu'on fait énormément de formations depuis longtemps pour apprendre à se comprendre, parce qu'en effet, il y a très peu de natifs anglophones, on va dire. Sauf que l'anglais sera la langue de travail. Alors, malgré tout, sur les opérations, en général, il n'y a aucun souci parce que le sapeur-pompier travaille beaucoup sur carte et la carte est universelle, quelle que soit sa langue. Donc, on arrive toujours à se comprendre par rapport à ça, mais c'est surtout qu'on travaille sur définition des objectifs, on a des mêmes procédures, donc l'entente se fait vraiment rapidement, malgré les barrières de la langue qui pourraient s'imaginer.


- Alors, je voudrais parler un peu du feu concrètement, parce qu'il y a chose qu'on voit de loin mais qu'on connaît assez mal. Comment est-ce que démarre un incendie qui va devenir important ? Comment est-ce qu'il progresse ? A partir de quel moment ça devient compliqué voire ça nous échappe ? Et comment on fait pour le stopper in fine, pour comprendre le processus de coordination et pourquoi on arrive sur des méga feux parfois qui deviennent incontrôlables.


- Alors, le feu, c'est mon parcours de physicienne qui revient. On a l'habitude que le feu n'existe qu'en présence du triangle du feu. Donc, le triangle du feu, c'est-à-dire qu'il faut toujours trois éléments pour qu'il y ait un feu. Il faut qu'il y ait du combustible, donc quelque chose à brûler, la forêt, une source d'émission, donc c'est l'étincelle, c'est le point de départ du feu, et un comburant, c'est-à-dire de l'air. Quand ces trois facteurs sont ensemble, en général, le feu prend et après continue à se développer. Alors, comment l'arrêter ? Déjà, il y a plusieurs facteurs. On peut jouer sur les trois côtés de ce triangle. La source d'ignition, il faut savoir que malgré tout, sur les dernières études de l'Union européenne, en fonction des différents pays, l'origine humaine des feux de forêt est à environ 80-90 %, ce qui est énorme. Donc là, on voit déjà qu'il y a un énorme travail à faire sur la sensibilisation au public, sur la culture, sur la préparation, car 90% ne veulent pas dire que ce sont des feux intentionnels, loin de là, mais des fois, ça va être une cigarette qui va être lancée plutôt par négligence, un véhicule qui tombe en panne, qui va faire une essencelle sur le bord de l'autoroute. Ça va être des travaux agricoles sur un terrain très sec qui vont provoquer une étincelle d'engins-outils contre des cailloux. Il y a plein d'origines et donc il y a une vraie culture à développer au sein du public pour déjà limiter l'origine des feux. Ça c'est un premier facteur sur lequel on peut travailler.

Evidemment, notre facteur, l'intérêt après, c'est d'éviter que ce feu se développe, et de l'arrêter le plus rapidement possible. Donc, on travaille sur ce qu'on appelle de l'attaque massive, c'est-à-dire envoyer un maximum de moyens quand il y a un feu de forêt, même sur un petit feu, pour être sûr qu'il ne déborde pas. Chaque départ de feu s'éteint d'abord avec un verre d'eau. On n'a jamais eu un feu qui a commencé tout seul à 1000, 2000 ou 3000 hectares. Il commence toujours petit. Ça, c'est une autre stratégie pour essayer d'éviter que les feux se propagent et donc de travailler vraiment de les limiter dès le départ.

Et c'est pour ça que la plupart des feux, on n'entend pas parler parce qu'il y a un énorme travail qui est fait justement pour les arrêter dès le début. Donc, ça, c'est une première chose. Et donc, et après, autre façon, une fois que le feu est parti, parce qu'une fois que le feu est parti, il va créer son propre vent, il va s'auto-alimenter, comme on dit, et il va devenir de plus en plus gros, de plus en plus important. Donc comment on peut le faire pour faire tout ça ? On peut soit jeter de l'eau, on a dit, voilà, on va essayer de le refroidir, on va essayer de faire tomber la température de la source d'ignition. Mais on peut également, et ce qui est aussi très intéressant et ce qui est fait, il y a différentes méthodes qui sont faites.

Quand justement il y a des problèmes d'eau ou que ce n'est pas efficace, On peut faire des coupures de végétation. C'est-à-dire couper la propagation en coupant le combustible.

Alors, soit c'est fait naturellement et initialement par un aménagement du territoire approprié.

C'est pour ça qu'en pays méditerranéen, vous trouverez souvent, de temps en temps, même au milieu d'une forêt, des vignes, un champ d'oliviers, qui sont des espèces, une diversité d'espèces qui permet que cette diversité, permet que le feu ne se propage pas. On fait vraiment une coupure du feu. Donc le feu va ralentir à cet endroit-là et ce sera plus facile pour l'arrêter. Mais c'est quelque chose qu'on peut également faire au moment du feu. C'est quelque chose qui s'est fait sur les feux en Gironde. Il y a eu une énorme coupure de feu qui a été faite au moment de l'incendie, justement au milieu du massif girondin, pour justement arrêter ce feu et couper sa propagation.


- Ça a marché ?


- Oui, au bout d'un moment, oui. Oui, oui, oui. Au moins sur certains côtés, bien sûr. C'est-à-dire qu'en fait, pendant que le feu est en cours, on va à un certain endroit et on coupe la forêt. Exactement, si il y a besoin, si ça peut être une technique, on coupe la forêt ou quelques arbres, il n'y a pas besoin de débroussailler toute une forêt loin de là, mais c'est de créer cette coupure qui va justement éviter la propagation. Si à un moment il n'y a plus rien à brûler, le feu va s'arrêter. Donc voilà, différentes techniques en fonction des conditions météo, en fonction de l'environnement, en fonction du type de végétation, il y a plusieurs outils à disposition pour couper le feu.


- D'accord. Je voudrais rester un petit peu là-dessus, en parlant des espèces justement. Une des raisons avancées de la taille des incendies dans le sud-ouest l'année dernière a été le manque de variété des espèces. On est sur des forêts de pins, avec presque que des pins. Et quels sont les facteurs aggravateurs de risque chez nous et est-ce qu'on tire des leçons de ça quand on replante ? Je ne sais pas d'ailleurs si c'est cohérent de replanter


- Alors, en effet, replanter après un feu est tout à fait normal. Et justement, en fait, on est vraiment sur un aménagement du territoire pertinent et qui permettrait justement d'éviter pour une prochaine fois d'avoir un feu qui s'étend sur de grandes superficies, en faisant justement cette variété des espèces, comme je disais, des coupures naturelles, des pistes d'accès, déjà, tout simplement, au sein des massifs forestiers, qui permet, c'est juste de l'aménagement du territoire, qui permet justement de, alors pas de supprimer tous les feux, ce ne sera jamais possible, je ne vois pas comment ça pourrait se faire, mais de limiter leur étendue. Donc oui, replanter après un feu est absolument cohérent.


- Donc on parle de la gestion de l'eau, puisque le scénario catastrophe, ça va être un peu celui où on a une espèce de concordance des crises avec des incendies multiples, un d'effectifs et puis une sécheresse qui fait qu'on ne va pas pouvoir puiser de l'eau. Comment, on parlait des glaciers, enfin de la problématique, pas des glaciers, mais du manque de neige qui fait qu'il peut y avoir des risques pendant l'été. Comment est-ce que ça s'est géré ? Et comment est-ce que c'est coordonné pareil au niveau européen ? Est-ce que ça se joue au niveau national, européen, au niveau des communes ?


- Alors, il y a beaucoup d'échanges de bonnes pratiques par rapport à cette thématique, parce qu'en effet, par rapport à un feu de forêt, l'eau reste, capitale. C'est l'élément de réponse numéro un, une continuité de l'eau. Il faut une continuité de l'eau, des actions. Donc, pour ça, différentes choses peuvent être mises en place. Souvent, les sapeurs-pompiers utilisent un petit peu d'additifs dans l'eau qui est pulvérisée sur les feux, qui servent à l'extinction, ce qui renforce, on va dire, sa capacité de mouiller la végétation, ce qui permet de limiter son utilisation. On a également, par rapport à ça, par exemple des moyens aériens, type les Canadair, qui peuvent écoper en mer, qui peuvent écoper sur des zones qui permettent justement de ne pas puiser dans les nappes phréatiques ce genre de ressources en eau.

Après, il y a peut-être aussi un travail pour le futur, peut être un vrai sujet, on peut se poser la question, actuellement, l'eau qui est projetée sur les feux, qui sert à l'extinction des incendies de forêt, est de l'eau potable.



- Est-ce qu'on pourra toujours continuer à travailler avec de l'eau potable ? Est-ce qu'il ne faut pas penser... Alors, je n'ai pas de solution par rapport à ça, mais ça peut être aussi un défi du futur sur lequel tout le monde commence vraiment à travailler. Et vous voyez passer des nouvelles directives qui sont au niveau européen ? Il y a des choses intéressantes sur lesquels vous vous dites, ok, ça y est, c'est compris, on va faire vraiment attention à la ressource ou alors c'est très progressif parce que chaque cas est différent, parce que c'est difficile de se faire entendre, parce qu'il y a des incompréhensions. Quels sont les défis justement par rapport à l'explication de tous ces sujets-là ?


- Alors, en fait, on est vraiment sur la compréhension des risques, quelle que soit la thématique, pas forcément de la gestion de l'eau, forcément du risque de feu de forêt.

On est vraiment à chaque fois sur justement s'approprier ce risque, savoir le transposer, accepter déjà. C'est une vraie démarche intellectuelle d'accepter, alors à tous les niveaux, que ce soit le citoyen, le citoyen est le premier acteur de la sécurité civile, jusqu'au niveau politique et intermédiaire, quelles que soient les strates, il faut accepter de se dire oui, je peux être confronté à ce risque et comment je dois me préparer. Alors, évidemment, des fois, ça se fait spontanément. Le citoyen inclus, qui va se dire en effet telle situation, il vaut mieux que j'évite, utiliser trop d'eau, voilà, je vais utiliser de l'eau de pluie pour arroser mon jardin, je vais mettre en place quelque chose comme ça. Et puis pour d'autres personnes, ça prend un peu plus de temps. Faut être un peu confronté un peu plus à des difficultés pour se dire, ah bah tiens, en effet, il faut que je fasse un effort. Donc c'est à peu près pareil pour tous les pays. Il y a des recommandations qui sont données, il y a des directives, Et après, il faut que chacun se les approprie et puis les adapte à son environnement. Je voudrais qu'on regarde un petit peu ce qui se passe.


- Au-delà des frontières de l'Europe, puisque ça fait quand même quelques années qu'on a des incendies monstres. On en avait parlé un peu en Amazonie il y a quelques années, en Australie il y a qui avait perdu je crois près de 10 millions d'hectares sur une saison. En ce moment c'est au Canada, il y a l'Afrique aussi dont on ne parle pas souvent, mais quand on regarde cette carte justement là du satellite on voit que ça brûle énormément là-bas. Qu'est-ce qui peut être fait à cette échelle, quand on est sur des incendies comme ça, qui font cette taillade, vous disiez sur le Canada, c'est l'équivalent de la Corse qui a brûlé, est-ce qu'on est sur des problématiques similaires ? Est-ce qu'on est condamné à l'impuissance quand on est face à des phénomènes comme ça ? Je ne sais pas si vous avez regardé ça d'un peu plus près, et puis quels sont les enseignements qu'on en tire ? En fait, il y a toujours ces mêmes problématiques de prévention d'aménagement du territoire, d'interface habitat également, c'est quelque chose qui est majeur. On voit, il y a des règles qui existent. Par exemple, en France, il faut débroussailler 50 mètres autour de son environnement, des règles qui n'existent peut-être pas partout. Si on prend le cas du Canada, des fois, les villes sont un peu plus vulnérables parce qu'il y a beaucoup d'habitats en bois.


- Historiquement. évidemment, un habitat en bois est toujours plus vulnérable qu'un habitat bric ou pierre, ou plus rustique comme on peut avoir un peu plus en Europe. Donc, on est vraiment des fois sur des problématiques différentes, mais malgré tout, les composantes restent toujours les mêmes, c'est anticipation, une détection précoce des feux avec des outils technologiques, de l'imagerie satellite avec des caméras, des radars, une préparation de la la population, je vous disais, premier acteur, une alerte rapide pour envoyer des renforts rapidement ou demander des évacuations.

Mais il y a des seuils à ne pas dépasser dans l'impression, c'est-à-dire que si on c'est raté là dessus À un moment donné, on n'a plus la main. Au bout d'un moment, ça devient compliqué.

En effet, si tous ces garde-fous sont passés, c'est vrai qu'il devient très difficile de gérer.

On peut mettre beaucoup de moyens, que ce soit aériens, de ressources humaines aussi, qui vont plutôt permettre de canaliser le feu que d'arriver à une extinction rapide.Et là, on voit bien qu'au Canada, encore ce matin, ils attendaient, et est arrivée, une pluie salvatrice.


- Donc sur des gros gros feux comme ça, c'est le seul moyen de l’arrêter.


- Exactement. Alors si on compare à l'Union européenne, les forêts canadiennes en termes de surface, en termes de continuité de combustible, n'existent pas en Europe. On a des gros massifs forestiers évidemment, mais on n'est pas à cette échelle-là. Même si on peut avoir des feux, évidemment, catastrophiques aussi également en Europe évidemment.


- Comment est-ce que ces interventions, la répétition et la perspective que ça puisse augmenter est vécue par les gens sur le terrain, par les pompiers ? Et vous m'avez parlé l'année dernière, je me souviens des traumatismes aussi, de la difficulté qu'il y avait non seulement à lutter contre le feu, être dans la chaleur, enfin dans un inconfort évidemment total et puis le risque, mais aussi à écouter le bruit de la forêt qui meurt, le bruit de tous les animaux, parce que c'est vrai qu'on parle, c'est souvent abstrait, mais on oublie parfois que c'est plein de vie, une forêt, et ça fait partie des traumatismes auxquels on ne pense pas forcément d'être confronté à ça. Est-ce que c'est des choses dont vous parlez, donc vous avez connaissance et comment est-ce que c'est géré ?


- Alors, je pense que pour l'ensemble des sapeurs-pompiers, quel que soit le continent, quel que soit l'âge, le statut ou autre. Ce sont des choses qui, au moment de l'intervention, ne sont pas prises en compte. Tout le monde est vraiment concentré à sa tâche. Ça, c'est vraiment quelque chose qui est important.


- Il n'y a pas de difficultés. C'est le soldat du feu, oui.


- Exactement, c'est le soldat du feu. Ça porte très bien son nom. J'ai une mission de protection civile, de sécurité civile. C'est la protection des personnes, des biens de l'environnement. Donc j'ai ma mission et je m'y tiens, je m'y attache.

Alors, est-ce qu'il peut y avoir un peu de frustration de temps en temps ? Oui, sur l'origine des feux. Oui, sur ce mégot qui est jeté du bord de l'autoroute. Oui, il peut y avoir de l'exaspération. Mais voilà, ça, c'est quelque chose qui se discute après, qui se voit après.

Mais voilà, donc toujours, comme on disait, il faut que le citoyen devienne véritablement le bon élève de comportement. Donc, ce sera plus sur des choses comme ça que, justement, en général, les sapeurs-pompiers pourraient être, pas traumatisés, mais agacés, plutôt par ce type d'incivilité qui, justement, détruit un environnement. Comme je l'ai dit, souvent, les sapeurs-pompiers sont notamment volontaires, sont des locaux, sont des gens qui habitent dans un environnement depuis des années, et voir leur environnement brûler parce qu'un mégot n'a pas été jeté de façon appropriée, oui, ça peut être de la frustration. Et oui, après, en effet, c'est un peu de la désolation quand on passe derrière tous ces hectares, toutes ces forêts qui brûlent. Mais ce qu'il faut voir également, c'est que souvent, la forêt se régénère derrière. On peut passer, si vous repassez en Gironde là, actuellement, le feu est passé tellement vite, a été tellement puissant qu'en fait, n'a pas tuer les arbres complètement, donc en fait, on voit la végétation repart. Donc oui, ça va prendre énormément de temps. C'est pas plaisant, c'est frustrant.


- Il y a des cellules d'accompagnement psychologique, sur des feux de cette ampleur, comment ça fonctionne ?


- Non, pas spécialement. Alors évidemment, c'est un métier qui est physique et malheureusement, des fois lors de la lutte du feu, et heureusement ça fait longtemps que ça ne nous est pas arrivé, certains des collègues perdent leur vie, laissent leur vie sur ce genre d'activité. Donc heureusement, on fait le maximum pour que ça n'arrive pas. Ça, c'est évident. Et évidemment, dans des cas comme ça, il y aurait de l'accompagnement.

Il y a de l'accompagnement qui est mis en place. Mais sinon, sur une mission, on va dire, pour laquelle technique, sur la technicité de la mission auquel les gens sont préparés, non, il n'y a pas forcément d'accompagnement.

Assistance psychologique aux sapeurs-pompiers. Mais de toute façon, toutes les structures, les services départementaux d'incendie et de secours ont des structures, ont des psychologues en interne, soit des personnes ou des personnes qui se portent volontaires, justement, en cas de besoin, pour venir soutenir une équipe, un individu ou autre.

Donc, du coup, s'il y avait ce besoin, il y aurait possibilité d'organiser ce type de séance qui permettrait de débriefer collectivement ou individuellement une situation un peu difficile à vivre.


- Quelles sont les décisions fortes qu'il faudrait prendre pour limiter les incendies et mieux les gérer au niveau politique ? Qu'est-ce qui manque peut-être quand vous regardez la situation au niveau un peu macro, avec ce qu'on anticipe. Et à quel niveau ça se joue ? À quel niveau ça se discute ?


- Alors, je pense que ça se joue à tous les niveaux, comme je l'ai dit déjà plusieurs fois. Du citoyen au décideur politique, tous les niveaux humains de la chaîne...


- Mais le citoyen, on parle de formation, on parle d'accompagnement, ça veut dire qu'il faut mettre en place des choses pour que ça puisse progresser.


- Exactement. Il y a des choses qui sont à se mettre en place. On fait justement pas mal, vous parliez tout à l'heure d'échanges de bonnes pratiques. On met plusieurs outils à disposition, justement un plan d'action sur prévention. Et puis surtout, on a également émis en février des objectifs pour renforcer la résilience des pays de l'Union européenne, ce dont je parlais au début. Et justement, la sensibilisation, la préparation publique, la résilience est une chose très importante. Donc, on va se retrouver tous, tous, pays européens régulièrement pour faire des points d'étape, pour échanger les bonnes pratiques, ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas, et pour essayer justement d'avancer sur ces choses-là. Donc bien évidemment, il faut également des décisions importantes en matière de prévention.

La France, d'ailleurs, a sorti quelques préconisations récemment, donc là, c'est un acte fort.

Et en fait, je pense que cette thématique de sécurité civile est une vraie thématique publique. Certains pays, d'ailleurs, ont un ministre de la protection civile ou des secrétaires d'État dédiés à la protection civile. On touche, on l'a dit depuis le début, aux biens, aux personnes, aux biens, à l'environnement. Le panel est assez vaste pour le monde de la sécurité civile. Donc voilà, il faut par ce biais-là également faire une bonne coordination des services et puis mettre au-delà de ça des moyens adaptés en nombre suffisant. C'est ce que fait l'Europe. Cet été, par exemple, au-delà des moyens nationaux, chaque pays doit être prêt pour son niveau de risque. On va mettre à disposition, via un programme appelé Rescue, 28 avions ou hélicoptères un peu répartis, un peu aux quatre coins de l'Europe, j'ai envie de dire, même si ce n'est pas très carré. Mais voilà, on va mettre 28 avions financés par l'Europe, disponibles pour justement venir renforcer les pays demandeurs d'aide et d'assistance.

Et donc c'est clairement une conclusion politique de l'été 2022 en disant, l'Europe L'année dernière, nous avions 12 aéronefs disponibles, répartis un peu sur le territoire européen, mais plutôt sur le sud de l'Europe, on ne va pas mentir. Et donc là, il y a eu une décision forte politique. On a fait une réunion interministérielle. Tous les ministres de l'intérieur de l'Union européenne étaient réunis au mois de septembre pour dire non, il faut faire plus. Il faut qu'on débloque des budgets. Et voilà. Donc, du coup, on construit cette flotte européenne. Et donc, dès cet été, on aura 28 avions disponibles et hélicoptères.


- Quelle est votre plus grande fierté personnelle pour avoir en tant que soldat du feu ?

Je trouve ça intéressant d'avoir des cas concrets, des retours d'expérience aussi pour qu'on puisse se projeter un peu sur le terrain.


- Alors ça, c'est toujours un peu compliqué parce que, comme je vous l'ai dit avant, ça reste aussi un métier technique. Le soldat du feu est formé à porter secours, à se préparer, à aller sur un accident de la route, à lutter contre le feu de forêt. L'expérience marquante, alors, si je reformule. En fait, je pense que ce qui me conforte dans ce métier choisi depuis des centaines d'environnements, lequel j'évolue depuis une trentaine d'années, qu'il n'y a pas un matin où j'ai regretté cette décision d'engagement et de travail, ce choix de professionnel, en fait, c'est plutôt d'apporter ma contribution, certes modeste, mais à l'organisation, mission de sécurité civile en général.

Je pense que c'est plus ça, c'est pas une fierté particulière, un moment particulier, c'est plus ce sentiment que j'apporte ma petite pierre à l'édifice comme je le peux pour que tout se passe le mieux possible. Est-ce que vous avez un conseil pour celles et ceux qui nous écoutent et qui voudraient soit s'investir, soit se former, soit un conseil de vigilance, Je ne sais pas, vous parlez des pompiers volontaires, comment ça se passe pour ceux qui...

Je ne me rends pas compte s'il y en a beaucoup en France par rapport à ce qui se fait ailleurs.


- Comment on fait pour s'investir sur ces sujets-là, un petit peu mieux ?


- Alors, la Sécurité civile française est vraiment basée sur le volontariat. C'est en gros 240 000 sapeurs-pompiers en France. 200 000 sont sapeurs-pompiers volontaires, c'est-à-dire qu'ils donnent du temps à la communauté, exactement. Qu'ils apportent leur temps pour aider son prochain. C'est vraiment une forte composante. D'autres pays aussi ont des portages très, très forts. Je parlais de l'Autriche, l'Allemagne aussi a un gros réseau de volontariats. Et c'est également 40 000 sapeurs-pompiers professionnels. Donc, évidemment, chaque personne qui souhaite apporter son temps, apporter un peu de son expérience. Voilà, on peut se rapprocher de la caserne de sapeurs-pompiers la plus proche de chez lui et tout le monde saura l'aiguiller pour savoir comment être recruté, comment pouvoir participer ou, à titre individuel, être formé au geste de premier secours, qui est aussi un premier échelon. Savoir pratiquer un massage cardiaque, savoir appeler les secours, ce n'est pas difficile, mais autant s'y préparer. On est toujours sur le même principe de se préparer. Il ne s'agit pas de paniquer, il ne s'agit pas de voir le pire à chaque fois, mais se préparer. Oui, je me suis entraînée, je sais appeler les secours, je sais dire ce qu'il faut dire. Voilà, c'est ce genre de choses. Donc, ça, ce sont des actions très concrètes qui peuvent être faites. Il y a plein d'actions qui se mettent en place. Et puis, ce que je dirais aussi à titre un peu plus individuel aussi, c'est de faire une petite analyse de son environnement personnel et de dire quelles sont les risques qui m'entourent, comment puis-je me préparer, pareil, ne pas tomber dans la psychose, mais comment me préparer, est-ce que si j'habite dans une zone boisée où je sais que j'habite dans un habitat à risque, peut-être qu'il faut que j'ai mon petit sac prêt à partir pour être évacué, en cas de besoin et pas chercher au dernier moment mes papiers ou quoi que ce soit.

Voilà, ce sont des petits gestes comme ça qui permettraient en cas d'événements avérés d'être un petit peu plus serein, même si c'est toujours évidemment très traumatisant quand on demande à quelqu'un d'évacuer sa maison, bien évidemment.


- Bien sûr. Est-ce qu'il y a quelque chose qu'on a oublié, qui est essentiel d'aborder quand on parle des risques d'incendie ou de la gestion des incendies, où on a fait le tour ?


- Je pense que c'est aussi intéressant de parler de la réponse en fait et de la solidarité européenne. On a en fait, comme je disais, les pays initialement étaient construits pour s'entraider les uns les autres. Et donc du coup, on développe cette flotte européenne, on essaye de faire une montée en compétence des pays les moins impactés. Donc ça, ce sont des choses importantes qui sont faites et qui sont vraiment, cruciales pour le futur. On travaille également de plus en plus avec les nouvelles technologies. On a un système d'imagerie satellitaire à disposition, le service Copernicus. On travaille aussi souvent avec des industriels, il faut partager pour avoir des moyens adaptés à nos besoins. On voit bien qu'en ce moment, si on parle de lutte contre les feux de forêt, on est en manque de ressources aériennes typiquement. On a très peu d'avions ou d'hélicoptères sur le marché qui puissent supporter les sapeurs-pompiers au sol sur ce type d'activité. Donc voilà, on est en train de relancer la chaîne de production de Canadair en faisant des achats groupés. Donc oui, il y a plusieurs actions qui sont menées en ce moment pour justement essayer de se préparer mieux pour le futur, pour pouvoir intervenir plus vite, pour pouvoir intervenir plus efficacement avec des moyens adaptés. Donc on est vraiment sur toutes ces actions-là qui sont à mon avis très importantes.



- Très bien, merci pour ce partage de vécu et de partage d'informations. A bientôt Claire, merci.


- A bientôt Julien



Les épisodes à écouter en + :


Pour aller plus loin :













1 Comment


audreylemercier
Jun 27, 2023

Intéressant mais pour info : la sécurité civile ce n'est pas juste des sapeurs pompiers, c'est aussi la Protection Civile, la Croix Rouge et tout plein d'autres associations!

Like
bottom of page