#67 - Le féminisme, un enjeu de civilisation – Céline Mas

L’égalité des sexes comme enjeu fondamental du futur de nos sociétés


Céline Mas est écrivaine, entrepreneure sociale, membre du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes, présidente de ONU Femmes France, association créée en 2013.


Vous aimez Sismique ?

Faites un don pour permettre au projet de continuer et grandir : ICI

Interview enregistrée le 5 mars 2021


Pour plus d’information sur les épisodes et participer à des discussions autour des sujets traités, inscrivez-vous à la newsletter ou rejoignez la communauté.

De quoi parle-t-on ?



01 : 00 - Qui est Céline Mas ?

- Une passion pour l’impact social

- « Tout ce que je fais est centré sur le fait d’avoir un impact positif sur des bénéficiaires »

- Entrepreneure sociale avec deux projets :

o Un projet autour de l’évaluation de l’impact « Return for Society »

o Un projet « Love for Livres » : biblio-thérapie et aide à la santé mentale par les livres et les neurosciences

- Elle est engagée pour l’égalité entre les hommes et les femmes depuis une vingtaine d’années.


03 : 00 - Pourquoi aborder le féminisme dans Sismique ?

- Une minorité de femmes dans les invités et intérêt croissant de Julien pour les sujets d’égalité

- Ce sont pourtant des sujets devenus aujourd’hui centraux dans les débats de société

- C’est pourtant un comportement très fréquent chez des hommes mais aussi des femmes, qui inconsciemment perpétuent des biais

- Il ne faut pas être toujours dans une posture de dénonciation, sauf quand il s’agit de droit

- La culture de l’égalité a été distillée durant toute la vie des hommes, qui ne se rendent pas compte des inégalités qu’ils perpétuent.

- « Il faut sortir de la culpabilité, pour entrer dans la responsabilité »

- Quelle est notre responsabilité à toutes et tous, dans ce monde que l’on construit, d’y injecter de la diversité ?

- Sur la question des invités experts : le principal sujet doit rester avant tout la compétence, mais il y a énormément de freins pour que les femmes puissent valoriser et mettre en avant leurs compétences.

- Les postes à responsabilités étant très souvent occupés par des hommes, le réflexe peut être de reproduire le même schéma. Or le but doit être de rechercher la diversité, et pour ça il faut un coup de pouce ou légal ou dans les pratiques.


07 : 00 - Qu’est-ce que le féminisme ?

- Il existe forcément des définitions multiples.

- Le féminisme est un courant intellectuel, avec des points de vue différents, des mouvements qui débattent.

- C’est aussi mouvement social de transformation très pragmatique : porter des mesures plus favorables à l’égalité des sexes.

- Selon que l’on parle du courant intellectuel ou de la pratique, on aura des manières différentes de travailler autour de la question du féminisme.

- L’intersectionnalité est l’idée que le féminisme est connecté à d’autres dimensions et combats : femmes de couleurs, femmes issues de milieux populaires…

- Au final, le féminisme c’est surtout la question des droits. Quand on se concentre sur cette question des droits, on sort de débats stériles.

- Un exemple : le congé parental, il n’est pas juste que des hommes ne passent que 10 jours avec leur nouveau-né.


10 : 00 - Accélération ces dernières années de la prise de conscience

- Impact du mouvement Me Too : « c’est l’étincelle dans le champ de nitroglycérine »

- On ne peut pas expliquer pourquoi cet événement la en particulier a pu déclencher un tel mouvement : il arrive sur un terrain déjà fertile grâce notamment au travail des associations.

- Il crée un mouvement incroyable qui a un impact majeur pour les femmes d’aujourd’hui.


14 : 00 - Rapport entre les femmes et les hommes en France : peut-on se calquer sur le modèle américain ?

- Existe-t-il des risques de dérive, comme on a pu le voir aux États-Unis ?

- Le point central à prendre en compte dans les rapports entre personnes, c’est celui du consentement.

- Actuellement il y a une mise en tension en France, qui peut pousser à certains extrêmes, mais qui va finir par s’équilibrer. On s’engage pour que cela conduise au respect des droits des femmes, sans tomber dans une société aseptisée dans laquelle les rapports humains restent fluides et spontanés.

- Cela vient poser la question des nouvelles masculinités : qu’est-ce qu’être un homme aujourd’hui ?

- La culture ne doit pas effacer l’essentiel : la question de l’égalité des droits.


18 : 30 Le féminisme dans les objectifs de développement durable de l’ONU

- L’égalité hommes-femmes est l’ODD 5; mais concerne tous les autres. C’est ce qu’on appelle la transversalisation du genre dans les ODD.

- Dans tous les sujets des ODD, on retrouve des sujets d’égalité. Si par exemple, sur le plan de l’agriculture, les femmes étaient autant propriétaires de terres que les hommes, on pourrait lutter plus efficacement contre les famines.

- L’égalité est vectrice de progrès.

- On parle de la transversalité de l’ODD 5.

- Multitudes d’exemple de l’intérêt collectif de pousser à plus d’égalité : l’IA, les violences qui ont des conséquences humaines, sociales, économiques dramatiques.


24 : 00 - Comment la prise en compte du féminisme va changer la manière dont on va adresser les grands problèmes et enjeux de notre temps ?

- À partir du moment où l’on a des femmes compétentes qui sont visibles, on sait que cela crée des débats bien plus riches.

- Exemple du programme « Buy from Women » qui permet à des agricultrices au Rwanda de se développer tout en gardant une approche écologique et responsable.

- Il est important de trouver des modèles de femmes qui soient accessibles au plus grand nombre, pour permettre une émancipation sur des modèles auxquels on peut s’identifier.


28 : 00 - Repenser notre rapport au monde, aux autres et à soi : revoir la distinction entre le masculin et le féminin

- Il y a des différences biologiques entre les hommes et les femmes, qui sont factuelles et scientifiques

- Il y a un sujet philosophique : celui de la maternité. Le fait que ce soit les femmes qui « engendrent », a un impact selon plusieurs chercheurs sur la manière dont les hommes se positionnent par rapport à elles.

- Et il y a une question culturelle, qui dicterait en partie notre comportement. Céline Mas ne croit pas que ce soit juste. Il n’y a pas de masculin ou de féminin prédéfinis. C’est du déterminisme. Or les femmes comme les hommes devraient pouvoir construire leur vie librement, indépendamment de leur genre.


33 : 00 - Des idées de pistes d’action

- On change le monde aussi à travers de tous petits pas.

- « On est tous dignes d’engagement »

- Pour les femmes : ne rien laisser passer. Poser simplement la question « mais pourquoi vous me dites cela ? »

- Lire des livres, comme My absolute darling de Gabriel Tallent, permet de comprendre de manière différente la situation d’une femme victime de violences. Ne pas lire que des essais.

- Faire la plus petite chose que vous pouvez faire pour changer le monde, et si ça vous plaît, vous passez à la suite.


37 : 00 - Comment enseigner ces questions à nos enfants ?

- « Il n’y a pas de limite à devenir toi-même »

- Donner confiance, dire « tu es capable de tout » et ne pas se mettre de limite que la culture essaye d’imposer.

- Culturellement, les garçons sont plus souvent équipés pour s’affirmer. L’idée n’est pas de les brider, mais de leur faire comprendre que s’affirmer ne passe pas par l’écrasement des autres.

- « Tu seras aimé le jour où tu pourras montrer à l’autre ta faiblesse sans qu’il puisse en faire sa force »



Livres recommandés par Céline Mas :

- My absolute darling, de Gabriel Tallent

- L’insoutenable légèreté de l’être, de Milan Kundera

- Devenir, de Michelle Obama


Livres de Céline :

- Le jour où Maya s’est relevée

- Culture force et défis du 21e siècle



NB: un grand merci a Adam Célier, membre de la communauté; pour la rédaction de ces notes !