Interroger notre rapport au réel - Jocelin Morisson



Jocelin Morisson fait partie de ceux qui cherchent des réponses du côté de notre rapport au monde, en mélangeant de manière originale science et spiritualité et en posant l’hypothèse que nous ne percevons qu’une partie du réel et que la science n’a pas encore réponse à tout ou du moins, ne pose pas toujours les bonnes questions.


Cet épisode un peu atypique, voire polémique pour certains, et doit donc être vu comme une introduction à des notions parfois complexes qui méritent selon moi d’être creusées davantage, mais en prenant garde à ne pas tomber dans une lecture “new-age” du réel. Sur ce type de sujet, il faut être particulièrement vigilant car on trouve sur internet de tout (“pseudo-sciences”, théories du complot)… Comme introduction à ces thèmes, ou en complément, je vous propose d’écouter le très bon épisode de l’émission "la conversation scientifique" sur le thème du réel.

Jocelin Morisson est journaliste scientifique depuis plus de vingt ans et a collaboré à de nombreuses revues et magazines (Inexploré, Nexus, Le Monde des religions, Nouvelles Clés, La Vie, VSD hors-série). Il est également auteur et coauteur de plusieurs ouvrages sur le thème des états modifiés de conscience et de la parapsychologie scientifique.

NB: après recherche, certains passages de notre conversation peuvent prêtés à confusion, et je vous invite donc à vous référer aux notes de l’épisode pour bien creuser et ne pas tout prendre au pied de la lettre.


Interview enregistré le 14 juin 2019.

De quoi parle-t-on ?

2" - Parcours et grille de lecture de Jocelin Morisson sur le monde

  • Science et spiritualité

  • “On peut vivre une spiritualité laïque fondée sur la science et la philosophie"

  • Convergence entre science et spiritualité

  • Diagnostic de l’état du monde : ce n’était pas mieux avant

  • Les grands enjeux des prochaines années

  • “Je crois à la notion de progrès"

8” - La nature de la conscience

  • “Nous avons une nature spirituelle, nous ne sommes pas qu’un corps"

  • Le discours matérialisme est dangereux

  • “On a beaucoup d’éléments pour penser que la conscience existe au-delà du corps"

  • La notion “d’âme" a une certaine réalité scientifique.

NB : Je n’ai ici hélas pas les sources pour corroborer cela. 

NB: dans l'état actuel des connaissances, les phénomènes quantiques ne peuvent être extrapolés à l'échelle macroscopique. Jocelin fait référence à l’expérience des fentes de Young mais dans cette expérience, ce n'est pas l'observateur, ni sa conscience ni son intention qui change le résultat de l'expérience, mais le procédé d'observation.

  • “Cette réalité là n’est pas la réalité ultime"

NB: ce qui est plus communément admis est que nous baignons dans une réalité physique (entre autres), décrite par un océan d'information…

NB: Ce n’est pas tout à fait exact, une expérience (même quantique) aura un résultat même s'il n'y a pas de conscience pour l'observer. C'est juste qu'on ne connaîtra pas le résultat…

  • “Ce que nous dit la science mainstream…”.

NB: qu’est ce que la science non-mainstream

16” - Que dit la science sur la nature du réel ?

  • “On est dans un océan d’information"

  • Conscience collective et création du réel. L’impact du quantique ? 

  • La réalité est un hologramme ?

NB: Pour la Science de novembre 2018 - décembre 2019, page 43. Seulement l'article précise bien : "comme s'il [l'univers] était la projection d'un hologramme" - C'est une métaphore pour vulgariser un modèle physique et mathématique hyper complexe... et pas la réalité au 1er degré...

  • "l'objectivité [de la réalité] est remise en question par la physique quantique”. NB : comment ? 

21” - Temps et synchronicités

  • Carlo Rovelli

  • “Le temps n’a pas de caractère absolu"

  • Les états modifiés de conscience

  • “Notre futur existe déjà, sous forme d’information et sous forme de potentialité"

  • “De toute façon, la synchronicité n'a de sens que pour celui qui le vit"

NB: attention aux biais cognitifs. Ce n'est pas parce qu'on a l'impression que quelque chose a du sens pour nous qu'on peut en tirer des conclusions sur la nature de l'espace-temps ? C'est ce que Spinoza appelle le '1er genre de connaissance" : une connaissance du monde fondée uniquement sur la perception des effets dont on ignore les causes (mais on en tire quand même des conclusions - erronées)

NB : La référence à Jung est détournée pour justifier une théorie invérifiable ? Le "Soi" de Jung est plutôt un concept qui rassemble le conscient et l'inconscient. Le "Moi" de Jung est la partie du "Soi" dont on a conscience.


36” - Notre impact sur le monde

  • “On passe par une période de noirceur parce que l’on doit comprendre cette unité"

  • “L’erreur est de croire que ça commence à l’extérieur, ça commence avec nous et avec le regard qu’on porte sur les choses"

  • "Si on porte un regard lumineux, on peut attirer un futur souhaitable"

  • “L’effondrement n’est pas forcément le chaos"

  • “Il faut que l’on redécouvre notre vraie nature"


Les livres recommandés par Jocelin:

Sismique est un podcast indépendant (partenaire bénévole de la communauté IMAGO). Vous pouvez me soutenir ici:
images.png
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube
  • Instagram
2020 Sismique, tous droits réservés - Julien Devaureix